Catégories
Vivre en Italie

Al Jazeera rejette les déclarations des autorités malaisiennes sur le documentaire | Malaysia News

Al Jazeera Media Network a fermement rejeté les allégations des autorités malaisiennes concernant un documentaire d'investigation diffusé la semaine dernière sur l'arrestation de migrants sans papiers pendant la pandémie de coronavirus.

Dans un court métrage intitulé Locked Up in Malaysia's Lockdown diffusé le 3 juillet, Al Jazeera's 101 Est un volet documentaire a enquêté sur le sort de milliers de travailleurs migrants sans papiers arrêtés lors de descentes dans des zones soumises à de sévères interdictions.

Des responsables malaisiens et la télévision nationale ont critiqué le rapport, affirmant qu'il était inexact, trompeur et injuste. Le ministre de la Défense, Ismail Sabri Yaakob, a appelé Al Jazeera à présenter des excuses aux Malaisiens, ajoutant que les allégations de racisme et de discrimination contre les sans-papiers étaient fausses.

La police malaisienne a annoncé l'ouverture d'une enquête sur le personnel d'Al Jazeera pour sédition, diffamation et violation potentielles de la loi sur les communications et le multimédia du pays.

Dans un communiqué, le diffuseur basé au Qatar a déclaré jeudi qu'il se tenait "au professionnalisme, à la qualité et à l'impartialité de son journalisme", et a mis en garde contre "de graves préoccupations concernant les événements survenus en Malaisie depuis la diffusion du documentaire".

Bien que le documentaire se soit concentré sur le sort des travailleurs migrants étrangers, il a également souligné le succès de la Malaisie à contenir le virus et les efforts humanitaires des organisations malaisiennes pour fournir une assistance directe aux migrants dans le besoin, a déclaré le diffuseur.

Les cinéastes ont demandé les commentaires de hauts responsables du gouvernement, mais les demandes d'interviews répétées n'ont pas été acceptées, selon le communiqué. Pourtant, Al Jazeera "a produit un film équilibré en incluant les commentaires du ministre de la Défense lors de deux conférences de presse", a-t-il ajouté.

Il a ajouté que le programme hebdomadaire qui se concentre sur la région Asie-Pacifique "a la réputation de produire un journalisme approfondi de la plus haute qualité. Beaucoup de ses programmes ont été internationalement reconnus par des prix prestigieux du monde entier".

Menaces contre le personnel

Al Jazeera a également déclaré avoir de "sérieuses inquiétudes" concernant son personnel en Malaisie qui a été victime d'abus en ligne, y compris des menaces de mort et la divulgation de ses informations personnelles sur les réseaux sociaux.

"Al Jazeera est profondément préoccupé par le fait que son personnel fasse maintenant l'objet d'une enquête policière", a indiqué le communiqué.

"Faire payer des journalistes pour leur travail n'est pas l'action d'une démocratie qui valorise la liberté d'expression. Le journalisme n'est pas un crime", a-t-il ajouté.

Il a déclaré que le réseau était "préoccupé par la sécurité des personnes interrogées dans le documentaire qui ont également été victimes de harcèlement en ligne abusif et de discours de haine".

Les sites d'information régionaux ont rapporté mardi que le département de l'immigration de Malaisie avait publié un avis de recherche pour un ressortissant bangladais interviewé dans le documentaire.

L'évolution intervient au milieu d'une répression par les autorités malaisiennes des journalistes et des militants.

Al Jazeera a exhorté les autorités malaisiennes "à respecter la liberté des médias et à s'abstenir de traiter ses journalistes comme des criminels".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *