Catégories
Vivre en Italie

La Cour suprême du Canada rejette l'appel du pipeline Trans Mountain | Nouvelles sur les droits des Autochtones

La Cour suprême du Canada a rejeté jeudi un appel des Premières nations de la Colombie-Britannique contre l'agrandissement du pipeline Trans Mountain, supprimant un obstacle potentiellement majeur à l'achèvement qui triplerait presque le flux de pétrole de l'Alberta vers la côte du Pacifique.

La cour suprême a affiché la décision sur son site Web sans plus de détails, rejetant l'appel de la nation Squamish, de la nation Tsleil-Waututh, de la tribu Ts’elxweyeqw et de la bande indienne Coldwater, mettant ainsi fin à la bataille juridique qui a duré des années au sujet du projet.

Le pipeline a mis le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau dans un dilemme politique. Il acheté en 2018 pour assurer l'expansion.

Trudeau a promis de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d'améliorer les relations fédérales avec les peuples autochtones, mais est sous pression pour aider l'industrie pétrolière, qui est la clé de l'économie nationale.

L'expansion du pipeline de 67 ans est en bonne voie. Il triplerait presque la capacité à 890 000 barils par jour.

Le pipeline se terminerait à un terminal à l'extérieur de Vancouver, entraînant une multiplication par sept du nombre de pétroliers dans les eaux partagées entre le Canada et l'État de Washington.

COMBAT DES CANALISATIONS DU CANADA

Un camp mis en place par des manifestants opposés à l'expansion du pipeline Trans Mountain à travers les Rocheuses canadiennes, se trouve à l'extérieur de l'installation de stockage de pétrole de Kinder Morgan Inc sur Burnaby Mountain au-dessus du port de Vancouver, Canada en 2018 (Jeremy Hainsworth / AP Photo)

Certaines Premières nations ont stoppé avec succès l'approbation fédérale du projet en 2018 lorsque la Cour d'appel fédérale a déclaré qu'Ottawa n'avait pas correctement consulté les Premières nations touchées, faisant valoir que le projet endommagerait leurs terres et leurs eaux.

Mais le même tribunal en février a rejeté les contestations de la deuxième approbation du projet par le gouvernement canadien, qui a subi des années de retards.

Ils étaient fondés sur les préoccupations des groupes autochtones de la Colombie-Britannique selon lesquelles Ottawa ne les avait pas véritablement consultés.

Les communautés autochtones ont soulevé des préoccupations environnementales, telles que les risques de marées noires.

Rueben George de la Nation Tsleil-Waututh a déclaré: "(R)L'éconciliation s'est arrêtée aujourd'hui "après la décision de février, faisant référence aux efforts entre Ottawa et les peuples autochtones pour composer avec le passé colonial du Canada.

Encore de l'opposition

Les pipelines de l'Ouest canadien sont encombrés de façon chronique depuis des années, mais cette année, l'espace s'est ouvert, la chute des prix du pétrole ayant conduit les producteurs à réduire leur production.

L'expansion du pipeline se heurte encore à l'opposition de l'environnement rigide du gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, mais la construction est en cours. Le ministre des Ressources naturelles, Seamus O’Regan, a déclaré que les consultations se poursuivraient à mesure que la construction se poursuivrait.

"A ceux qui sont déçus de la décision prise aujourd'hui par le CSC – nous vous voyons et vous entendons", a déclaré O'Regan dans un communiqué. «Le gouvernement du Canada est résolu à renouer des relations avec les peuples autochtones et comprend que les consultations sur les grands projets ont un rôle essentiel à jouer pour renouer ces relations.»

Le pipeline permettrait au Canada de diversifier les marchés pétroliers et d'augmenter considérablement les exportations vers l'Asie, où il pourrait exiger un prix plus élevé. Environ 99% des exportations du Canada vont maintenant aux raffineurs des États-Unis, où les limites de la capacité des pipelines et des raffineries signifient que le pétrole canadien se vend à rabais.

LA SOURCE:
Al Jazeera et les agences de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *