Catégories
Vivre en Italie

L'Asie-Pacifique la plus durement touchée par le COVID-19, les catastrophes liées au climat | Asie-Pacifique

Au moins 51,6 millions de personnes dans le monde ont été doublement touchées par le COVID-19 et les catastrophes liées au climat, notamment des inondations, des sécheresses ou des tempêtes, selon la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR).

Dans une nouvelle analyse publiée jeudi, la FICR a déclaré que l'Asie-Pacifique était la région la plus durement touchée par la «double menace» des catastrophes et de la pandémie de coronavirus.

Environ 80% du total mondial des personnes touchées par les catastrophes et le COVID-19 en 2020 se trouvaient dans la région Asie-Pacifique.

«La pandémie augmente les besoins des personnes souffrant de catastrophes liées au climat, aggrave les vulnérabilités auxquelles elles sont confrontées et entrave leur relèvement», a déclaré la FICR.

L'Inde et le Bangladesh ont été les plus touchés, avec 40 millions de personnes dans les deux pays touchés par la pandémie et les inondations ou les tempêtes.

Le cyclone Amphan, la plus forte tempête tropicale de la région depuis plus de 10 ans, a notamment tué 129 personnes et touché quelque 15 millions de personnes dans les zones sous verrouillage, compliquant les efforts de secours d’urgence tels que l’évacuation, le versement de vivres et d’abris temporaires.

Les inondations de la mousson ont touché 17 millions de personnes en Inde et 5 millions au Bangladesh, laissant un tiers du pays submergé, a indiqué la Fédération internationale.

L'Asie-Pacifique a également été la plus touchée par la chaleur extrême chevauchant le COVID-19, avec 179 millions de personnes touchées sur un total mondial de 431 millions. Au moins 2,3 millions de personnes supplémentaires ont été affectées par des incendies de forêt majeurs, a ajouté la FICR, tout en faisant face aux effets directs sur la santé du COVID-19 ou aux mesures mises en œuvre pour contenir le virus.

«Ces nouveaux chiffres confirment ce que nous savions déjà de nos volontaires dévoués en première ligne: la crise climatique ne s'est pas arrêtée pour COVID-19, et des millions de personnes ont souffert des deux crises qui se sont heurtées», a déclaré Francesco Rocca, président de la Fédération internationale dans un rapport.

«Nous n'avons absolument pas eu d'autre choix que de traiter les deux crises simultanément.»

Notant que le monde investit «des montants sans précédent» pour aider les économies à se remettre des dommages causés par le COVID-19, la Fédération internationale a déclaré que les gouvernements devraient se méfier de recréer d'anciennes vulnérabilités et investir dans des sociétés plus vertes.

«L'investissement mondial massif pour se remettre de la pandémie prouve que les gouvernements peuvent agir de manière décisive et drastique face à des menaces mondiales imminentes», a déclaré Rocca.

«Nous avons un besoin urgent de cette même énergie sur le climat, et il est essentiel que la reprise du COVID-19 soit verte, résiliente et inclusive si nous voulons protéger les communautés les plus vulnérables du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *