Catégories
Vivre en Italie

Le Premier ministre malien promet de former un gouvernement "ouvert" au milieu des manifestations de masse | Nouvelles

Le Premier ministre malien Boubou Cissé a promis de former rapidement un gouvernement "prêt à affronter les défis de l'heure", ajoutant que le bilan des pires troubles civils du pays depuis des années était passé à quatre.

La violence a éclaté lors de manifestations de masse dans la capitale Bamako vendredi exigeant que le président Ibrahim Boubacar Keita démissionne pour un conflit de longue durée, des problèmes économiques et une corruption perçue du gouvernement.

"Le président et moi restons ouverts au dialogue. Je vais très rapidement mettre en place un exécutif avec l'intention d'être ouvert pour faire face aux défis de la journée", a déclaré Cisse lors d'une visite à l'hôpital.

Des manifestants ont attaqué le Parlement et saccagé la chaîne de télévision nationale.

Selon les premiers rapports, deux personnes ont été tuées dans la violence et des dizaines de blessés, mais samedi, Cissé a déclaré que quatre personnes étaient mortes.

Cisse est Premier ministre depuis l'année dernière et Keita l'a reconduit le 11 juin à la suite des élections législatives de mars et avril qui ont déclenché un mouvement appelant à la démission de Keita.

Des mois après les élections, le fragile pays ouest-africain n'a toujours pas de gouvernement.

Keita a de plus en plus essayé d'apaiser un mouvement d'opposition nouvellement formé, ouvrant la porte à la formation d'un gouvernement d'unité nationale.

L'opposition a rejeté ses tentatives, insistant pour qu'il démissionne.

Le siège de l'opposition est perquisitionné

Samedi, les forces de sécurité ont pris pour cible le siège de la CMAS, un mouvement d'opposition dirigé par l'influent chef musulman Imam Mahmoud Dicko, qui fait partie de la coalition d'opposition M5-RFP.

"Alors que nos militants étaient en réunion, ils sont venus et ont attaqué et saccagé notre quartier général", a déclaré le porte-parole du M5-RFP, Nouhoum Togo.

Un leader de la protestation, Issa Kaou Djim, a été arrêté et est toujours en détention, a indiqué le Togo.

Il n'y a eu aucun commentaire immédiat de la police.

Les voisins et les puissances extérieures du Mali craignent que l'impasse ne déstabilise davantage le pays et compromette une campagne militaire conjointe contre les groupes armés dans la région du Sahel ouest-africain.

Manifestation au Mali

Til a protesté après que la coalition a rejeté les concessions de Keita visant à résoudre une impasse politique [Reuters]

Les rues de Bamako sont apparues largement calmes à la suite des manifestations. La chaîne de télévision nationale ORTM a repris ses émissions après avoir été interrompue lorsque son immeuble était occupé.

Les plateformes de médias sociaux Twitter et Facebook ont ​​été restreintes vendredi, a déclaré l'observatoire de blocage d'Internet NetBlocks. L'accès à Internet est resté irrégulier samedi.

Keita a publié une déclaration déplorant la violence et a déclaré qu'une enquête serait ouverte.

"Cependant, je voudrais une fois de plus rassurer notre peuple sur mon désir de poursuivre le dialogue et réitérer ma disponibilité à prendre toutes les mesures en mon pouvoir en vue de calmer la situation", a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *