Catégories
Vivre en Italie

Le Qatar renouvelle ses excuses pour l’incident «extrêmement inquiétant» de l’aéroport | Australie

Les ministres des Affaires étrangères du Qatar et d'Australie s'expriment pour la première fois après l'incident du 2 octobre à l'aéroport de Doha.

Les ministres des Affaires étrangères du Qatar et d'Australie se sont exprimés pour la première fois depuis la controverse sur l'examen physique forcé de passagers féminins à l'aéroport de Doha.

Le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Mohammed bin Abdulrahman Al Thani, s'est entretenu vendredi avec son homologue australienne Marisa Payne, des semaines après l'incident du 2 octobre qui a vu le personnel de l'aéroport enlever des femmes de plusieurs avions pour les examiner afin de vérifier si elles étaient la mère de un bébé abandonné à l'aéroport international Hamad (HIA).

Le nouveau-né, une fille, a été retrouvé dans un sac en plastique dans une poubelle dans les toilettes d’un des terminaux de l’aéroport.

Lors de l’appel téléphonique de vendredi, le ministre qatari a renouvelé ses excuses à Payne et a souligné «l’engagement du Qatar en faveur de la sûreté et de la sécurité de tous les passagers» voyageant via HIA, selon un communiqué conjoint publié samedi.

"Les deux ministres des Affaires étrangères ont convenu de continuer à suivre de près l'affaire et d'échanger des mises à jour, assurant qu'il s'agit d'une priorité absolue pour les deux gouvernements", a ajouté le communiqué.

Le Premier Ministre du Qatar, Sheikh Khalid bin Khalifa bin Abdulaziz Al Thani, a exprimé les «excuses les plus sincères du Qatar pour ce que certaines femmes voyageurs ont subi à la suite de ces mesures».

Plus tôt vendredi, le Bureau de la communication du gouvernement du Qatar (GCO) a déclaré que le gouvernement avait référé plusieurs responsables à l'origine des examens physiques forcés et invasifs, affirmant que «les procédures standard avaient été violées».

«L'enquête préliminaire sur la tentative de meurtre d'un nouveau-né trouvé dans un état très grave à l'aéroport international Hamad (HIA), et les procédures ultérieures prises par les autorités à l'aéroport, y compris l'examen d'un certain nombre de passagers féminins, ont révélé que les procédures standard ont été violés », indique le communiqué du GCO.

«Les responsables de ces violations et actions illégales ont été déférés au parquet», a-t-il ajouté.

HIA a lancé un appel le 25 octobre pour que la mère de l’enfant se présente, affirmant que le bébé n’était toujours pas identifié mais qu’il était «en sécurité sous les soins professionnels de travailleurs médicaux et sociaux».

Plus tôt cette semaine, un porte-parole du ministère australien des Affaires étrangères et du Commerce a déclaré à Al Jazeera que «18 passagères… étaient impliquées dans l'incident» sur le vol du 2 octobre à destination de Sydney, ajoutant que 13 d'entre elles étaient australiennes et 5 d'autres nationalités. .

Payne, lors d’une audience au Sénat australien mercredi, a qualifié les actes du personnel de l’aéroport de «extrêmement dérangeants» et «offensants».

Les femmes ont déclaré avoir été emmenées des avions respectifs et soumises à une fouille à nu dans une ambulance garée sur le tarmac.

Le Syndicat des travailleurs des transports de la Nouvelle-Galles du Sud, dont les membres desservent les avions de Qatar Airways à l’aéroport de Sydney, a déclaré mardi qu’il envisageait une action revendicative contre le transporteur pour «l’attaque brutale des droits humains des passagers australiens».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *