Catégories
Vivre en Italie

Les médias australiens retirent les journalistes de Chine pour des raisons de sécurité | Australie Nouvelles

Deux des principaux correspondants étrangers d'Australie en Chine sont rentrés chez eux pour leur propre sécurité après avoir été interrogés séparément par le ministère chinois de la Sécurité d'État, a rapporté mardi l'Australian Broadcasting Corporation (ABC).

Les correspondants chinois de l'ABC et de l'Australian Financial Review (AFR) ont cherché refuge à l'ambassade d'Australie à Pékin et au consulat à Shanghai alors que des diplomates négociaient avec des responsables chinois pour leur permettre de quitter le pays, ont rapporté l'ABC et l'AFR.

Les deux journalistes – Bill Birtles d'ABC, qui était basé à Pékin, et Michael Smith d'AFR, qui était à Shanghai – avaient été interdits de quitter la Chine jusqu'à ce qu'ils répondent aux questions sur le citoyen australien détenu et présentateur de télévision Cheng Lei, a déclaré AFR dans un rapport.

Des rapports ont indiqué que, juste après minuit jeudi, sept officiers se sont rendus simultanément au domicile des deux journalistes, où ils ont été informés de leur interdiction de quitter la Chine.

Les deux journalistes se sont fait dire qu'ils étaient des "personnes d'intérêt" dans une enquête sur Cheng, un présentateur d'affaires de haut niveau à la télévision d'Etat chinoise, qui a été détenu sans inculpation par les autorités, selon le rapport d'AFR.

Listening Post – Tester les limites journalistiques de la Chine

Les journalistes se sont envolés de Chine lundi soir et sont arrivés à Sydney mardi matin à la suite de ce que le diffuseur public ABC a qualifié d '"extraordinaire confrontation diplomatique".

Birtles a déclaré aux journalistes à l'aéroport de Sydney qu'il était très décevant de devoir quitter la Chine dans "ces circonstances".

"Mais ce fut un tourbillon et ce n'était pas une expérience particulièrement bonne", a-t-il déclaré.

'Regrettable et inquiétant'

L'ABC a déclaré avoir ramené Birtles en Australie sur les conseils du gouvernement australien.

L'AFR a déclaré dans un communiqué que les deux journalistes «s'acquittaient de leurs tâches habituelles de reportage».

Il a ajouté que l'incident était "regrettable et inquiétant et n'était pas dans l'intérêt d'une relation de coopération entre l'Australie et la Chine".

Selon le Sydney Morning Herald, Birtles et Smith étaient les derniers journalistes à travailler pour des organisations médiatiques australiennes en Chine. La dernière fois que cela s'est produit, c'était dans les années 1970, note le rapport.

Dans un communiqué, la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, a confirmé que Canberra avait fourni un soutien diplomatique pour ramener Birtles et Smith en Australie.

Il a également déclaré que le gouvernement australien "continue de fournir un soutien consulaire aux citoyens australiens détenus en Chine, y compris Mme Cheng Lei".

Bill Birtles Birtles a déclaré aux journalistes à l'aéroport de Sydney qu'il était très décevant de devoir quitter la Chine comme il l'a fait (Reuters)

Les relations entre l'Australie et la Chine se sont détériorées cette année à la suite des appels de Canberra pour une enquête internationale indépendante sur la source de la pandémie de coronavirus.

L'Australie a également exprimé son opposition à la loi sur la sécurité nationale que la Chine a imposée à Hong Kong.

Pékin a été irrité par ces mouvements et a depuis bloqué les importations de bœuf australien, imposé des droits de dumping sur l'orge australienne et lancé une enquête antidumping sur le vin australien.

LA SOURCE:
Al Jazeera et agences de presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *