Catégories
Vivre en Italie

Les tribus amérindiennes font une nouvelle offre pour fermer le pipeline Dakota | Nouvelles des États-Unis et du Canada

Des tribus amérindiennes ont demandé à un juge d’arrêter le flux de pétrole pendant que se déroule la bataille juridique sur l’avenir du pipeline.

Les tribus amérindiennes opposées au Dakota Access Pipeline ont une fois de plus demandé à un juge fédéral d'arrêter le flux de pétrole pendant que la bataille juridique sur l'avenir de la ligne se déroule.

Les Sioux de Standing Rock et d’autres tribus ont réussi lors de leur première tentative, mais une cour d’appel a renversé l’ordre de fermeture du juge de district américain James Boasberg au début de l’année. Maintenant, ils demandent au juge de clarifier sa décision antérieure pour satisfaire les juges d'appel, puis d'ordonner à nouveau à la ligne de cesser ses activités, a rapporté le Bismarck Tribune.

Les tribus soutiennent que les dommages potentiels à leur approvisionnement en eau l'emportent sur les impacts économiques de la fermeture de la ligne, qui transporte du pétrole du Dakota du Nord vers l'Illinois depuis plus de trois ans.

«Les tribus sont irrémédiablement lésées par l'exploitation continue du pipeline, par l'exposition à des risques catastrophiques, par le traumatisme continu du refus du gouvernement de se conformer à la loi et en sapant le rôle gouvernemental souverain des tribus pour protéger leurs membres et répondre aux catastrophes potentielles », ont écrit les avocats Jan Hasselman et Nicole Ducheneaux dans un dossier de vendredi.

Les tribus craignent qu'un déversement dans la rivière Missouri juste au nord de la réserve de Standing Rock ne pollue leur approvisionnement en eau. L'opérateur de pipeline Energy Transfer et le Army Corps of Engineers maintiennent tous deux que le pipeline est sûr. Des manifestations prolongées en 2016 et 2017 ont attiré des milliers de personnes dans des camps près du passage de la rivière et ont abouti à des centaines d'arrestations.

La porte-parole du département américain de la Justice, Danielle Nichols, a refusé de commenter lundi le dépôt des tribus. Le Corps d'armée et le Transfert d'énergie ont jusqu'au 20 novembre pour déposer une réponse officielle.

Boasberg, qui supervise le procès de quatre ans intenté par les tribus, a ordonné une étude environnementale approfondie au printemps dernier parce qu'il estimait qu'une analyse environnementale antérieure et moins approfondie du Corps laissait des questions en suspens.

Boasberg a révoqué en juillet la servitude autorisant la traversée de la rivière et ordonné la fermeture du pipeline jusqu'à ce que sa solidité environnementale soit prouvée. Une cour d'appel fédérale a toutefois permis au pétrole de continuer à couler, jugeant que Boasberg n'avait pas justifié une fermeture. Cette même cour d'appel décide maintenant de confirmer ou non sa décision concernant l'étude.

Les tribus demandent à Boasberg d'émettre une injonction pour fermer le pipeline pendant que la bataille juridique se déroule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *