Catégories
Vivre en Italie

L’Éthiopie interdit les vols au-dessus d’un immense barrage «pour des raisons de sécurité» | Ethiopie

Cette décision pourrait aggraver le différend entre l’Éthiopie et l’Égypte et le Soudan au sujet du barrage du Grand Ethiopian Renaissance, qui, selon le Caire, pourrait menacer son approvisionnement principal en eau.

L'Éthiopie a interdit tous les vols au-dessus d'un énorme barrage qu'elle construit sur le Nil Bleu pour des raisons de sécurité. le chef de son autorité de l’aviation civile l’a dit, comme le président du pays l’a dit, le projet commencerait à produire de l’électricité dans les 12 prochains mois.

L'Éthiopie, le Soudan et l'Égypte ont été enfermés dans un conflit acharné sur le remplissage et l'exploitation du Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD), qui reste non résolu bien que le réservoir derrière le barrage ait commencé à se remplir en juillet.

"Tous les vols ont été interdits pour sécuriser le barrage", a déclaré lundi le directeur général de l'Autorité éthiopienne de l'aviation civile, Wesenyeleh Hunegnaw, à l'agence de presse Reuters par téléphone. Il a refusé de donner plus de détails sur les raisons de cette décision, ce qui pourrait aggraver le différend de longue date.

Dans un discours au Parlement plus tard lundi, le président éthiopien Sahle-Work Zewde a déclaré: «Cette année sera une année où le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne commencera à produire de l'électricité avec les deux turbines.»

Elle a également déclaré que des travaux étaient en cours pour permettre un deuxième remplissage du barrage hydroélectrique géant dans les 12 prochains mois.

En juillet, l'Éthiopie a déclaré qu'elle avait atteint sa première année de remplissage du barrage grâce aux précipitations dans la région.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a déclaré le mois dernier aux Nations Unies que le pays n'avait «aucune intention» de nuire au Soudan et à l'Égypte avec le barrage, quelques jours après que le président égyptien Abdel Fattah el-Sissi a réitéré ses préoccupations concernant le projet.

L'Éthiopie, l'Égypte et le Soudan n'ont pas réussi à conclure un accord sur l'exploitation du barrage avant qu'Addis-Abeba ne commence à remplir le réservoir derrière lui en juillet.

Le barrage est au centre de la tentative de l’Éthiopie de devenir le plus grand exportateur d’électricité d’Afrique.

La structure se trouve à environ 15 km (neuf miles) de la frontière éthiopienne avec le Soudan sur le Nil Bleu – un affluent du Nil, qui donne à 100 millions de personnes en Égypte environ 90% de leur eau douce.

Les États-Unis ont décidé le mois dernier de réduire de 100 millions de dollars l'aide à l'Éthiopie au milieu du différend sur le barrage.

Un responsable anonyme du département d’État américain a déclaré à l’époque que la décision de suspendre certains financements à l’Éthiopie avait été déclenchée par des préoccupations concernant la décision unilatérale de l’Éthiopie de commencer à remplir le barrage avant un accord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *