Catégories
Vivre en Italie

Macron accuse les dirigeants libanais de «trahison» pour leurs échecs | France

Le président français Emmanuel Macron a accusé les dirigeants libanais de «trahison collective» pour leur incapacité à former un gouvernement à la suite de l'énorme explosion du port de Beyrouth en août.

Lors d'une rare conférence de presse consacrée au Liban dimanche, Macron a critiqué l'élite politique libanaise pour avoir donné la priorité à ses intérêts égoïstes sur ceux de leur pays.

«Ils ont décidé de trahir cet engagement [de former un gouvernement]», a déclaré Macron aux journalistes, déclarant qu'il avait «honte» des dirigeants du pays.

Macron avait pressé à plusieurs reprises les dirigeants libanais de former le gouvernement, affirmant qu’un cabinet réformateur était essentiel si l’aide devait affluer pour reconstruire le pays.

Le Premier ministre libanais, Mustapha Adib, a démissionné samedi, affirmant qu’il n’avait pas été en mesure de former un gouvernement.

"Je vois que les autorités et les forces politiques libanaises ont choisi de favoriser leurs intérêts partisans et individuels au détriment de l'intérêt général du pays", a ajouté Macron.

Macron a déclaré qu'aucun des dirigeants du Liban – où, à la suite de la guerre civile de 1975-1990, le pouvoir est traditionnellement partagé entre les musulmans chiites, les musulmans sunnites et les chrétiens – n'avait été à la hauteur de la tâche.

«Tous parient sur le pire des scénarios pour se sauver eux-mêmes, les intérêts de leur famille ou de leur clan», a-t-il déclaré.

«J'ai donc décidé de prendre acte de cette trahison collective et du refus des responsables libanais de s'engager de bonne foi.»

'Dernière chance'

Macron a envoyé un avertissement pointu au groupe chiite soutenu par l'Iran, le Hezbollah, qui était bien représenté dans le gouvernement sortant et certains analystes accusent de retarder le processus.

Le Hezbollah ne doit «pas penser qu'il est plus puissant qu'il ne l'est… Il doit montrer qu'il respecte tous les Libanais. Et ces derniers jours, il a clairement montré le contraire », a déclaré Macron.

«Il y a une question qui doit être posée au Hezbollah et à nous-mêmes. S'agit-il vraiment d'un parti politique ou procède-t-il simplement dans une logique dictée par l'Iran et ses forces terroristes? » il ajouta.

Macron, qui s'est rendu deux fois au Liban à la suite de l'explosion, avait exhorté à plusieurs reprises les Libanais à ne plus perdre de temps à former un gouvernement.

L'explosion du 4 août de centaines de tonnes de nitrate d'ammonium dans le port de Beyrouth a tué plus de 190 personnes, blessé des milliers de personnes et ravagé de grandes parties de la capitale.

La catastrophe a déclenché de nouvelles manifestations contre la corruption et la mauvaise gestion, incitant le cabinet précédent à se retirer.

Il a donné à la classe politique libanaise quatre à six semaines pour mettre en œuvre sa feuille de route pour la réforme politique et économique présentée lors de sa dernière visite le 1er septembre, et a déclaré qu’il s’engagerait à tenir une conférence des donateurs pour le Liban en octobre. Il a exclu d'imposer des sanctions pour le moment.

«Il appartient désormais aux responsables libanais de saisir eux-mêmes cette dernière chance», a-t-il déclaré.

Mais Natacha Butler d’Al Jazeera, qui rapporte de Paris, a déclaré que Macron n’avait pas beaucoup d’options et qu’il n’avait pas précisé ce qui se passerait si la «dernière chance» ne donnait pas de résultats.

"Il n'a pas exclu la possibilité d'utiliser les sanctions françaises contre certains dirigeants politiques si elles peuvent être directement liées à la corruption", a déclaré Butler.

Zeina Khodr d’Al Jazeera, qui rapporte de Beyrouth, a déclaré que des milliards de dollars de fonds étaient nécessaires de toute urgence pour relancer l’économie d’un pays où 55% de ses cinq millions d’habitants vivent dans la pauvreté.

«Les gens sont inquiets – ils savent que s’il n’ya pas de« gouvernement crédible », ou un gouvernement considéré comme légitime aux yeux de la communauté internationale, cet argent ne coulera pas dans le pays», a déclaré Khodr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *