Catégories
Vivre en Italie

Un rapport de l'ONU met en garde contre les dispositifs nucléaires «miniaturisés» de la Corée du Nord | Nouvelles

La Corée du Nord poursuit son programme d'armes nucléaires et plusieurs pays estiment qu'elle a "probablement développé des dispositifs nucléaires miniaturisés pour s'intégrer dans les ogives de ses missiles balistiques", selon un rapport confidentiel de l'ONU.

Le rapport d'un groupe d'experts indépendants surveillant les sanctions de l'ONU a déclaré que les pays, qu'il n'a pas identifiés, pensaient que les six derniers essais nucléaires de la Corée du Nord l'avaient probablement aidé à développer des dispositifs nucléaires miniaturisés.

Pyongyang n'a pas effectué d'essai nucléaire depuis septembre 2017.

Le rapport intérimaire, vu par Reuters, a été soumis lundi au comité des sanctions de la Corée du Nord, composé de 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU.

"La République populaire démocratique de Corée poursuit son programme nucléaire, y compris la production d'uranium hautement enrichi et la construction d'un réacteur expérimental à eau légère. Un État Membre a estimé que la République populaire démocratique de Corée continuait à produire des armes nucléaires", indique le rapport m'a dit.

La Corée du Nord est officiellement connue sous le nom de République populaire démocratique de Corée (RPDC). La mission de la Corée du Nord auprès des Nations Unies à New York n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires sur le rapport de l'ONU.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a déclaré la semaine dernière qu'il n'y aurait plus de guerre car les armes nucléaires du pays garantissent sa sécurité et son avenir malgré les pressions extérieures incessantes et les menaces militaires.

Le rapport de l'ONU a indiqué qu'un pays, qu'il n'a pas identifié, a estimé que la Corée du Nord "pourrait chercher à développer davantage la miniaturisation afin de permettre l'incorporation d'améliorations technologiques telles que des programmes d'aide à la pénétration ou, potentiellement, de développer plusieurs systèmes d'ogives."

Cyberattaques «  lucratives ''

La Corée du Nord est soumise aux sanctions de l'ONU depuis 2006 pour ses programmes de missiles nucléaires et balistiques. Alors que le Conseil de sécurité n’a cessé de renforcer les sanctions pour tenter de couper le financement de ces programmes.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump se sont rencontrés trois fois depuis 2018, mais n'ont pas réussi à faire progresser les appels américains à Pyongyang pour qu'il renonce à ses armes nucléaires et les demandes de la Corée du Nord pour la fin des sanctions.

En mai 2018, la Corée du Nord a donné suite à sa promesse de faire sauter des tunnels sur son principal site d'essais nucléaires, Punggye-ri, qui, selon Pyongyang, était la preuve de son engagement à mettre fin aux essais nucléaires. Mais ils n'ont pas permis aux experts d'assister au démantèlement du site.

Le rapport de l'ONU a déclaré que, comme seules les entrées des tunnels étaient connues pour avoir été détruites et que rien n'indiquait une démolition complète, un pays avait estimé que la Corée du Nord pourrait reconstruire et réinstaller dans les trois mois l'infrastructure nécessaire pour soutenir un essai nucléaire.

Les experts de l'ONU ont déclaré que la Corée du Nord violait les sanctions, y compris "par le biais d'exportations maritimes illicites de charbon, bien qu'elle les ait suspendues temporairement entre fin janvier et début mars 2020" en raison de la pandémie de coronavirus.

L'année dernière, les experts de l'ONU ont déclaré que la Corée du Nord avait généré environ deux milliards de dollars en utilisant des cyberattaques généralisées et sophistiquées pour voler des banques et des échanges de crypto-monnaie.

"Le Groupe d'experts continue d'évaluer que les fournisseurs de services d'actifs virtuels et les actifs virtuels continueront à rester des cibles lucratives pour la République populaire démocratique de Corée pour générer des revenus, ainsi que pour extraire des crypto-monnaies", indique le dernier rapport.

LA SOURCE:
Agence de presse Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *